Bienvenue au Bâtard-Montrachet !

Nous vivons un moment historique au domaine car nous venons d’ajouter à nos cinq vins blancs* l’un des plus prestigieux de Bourgogne : le Bâtard-Montrachet !

A dix kilomètres au sud de Beaune on découvre ce petit endroit de la Côte, creuset des très grands blancs de Bourgogne avec d’abord une certaine surprise par rapport à nos terroirs escarpés de la Côte de Nuits : une « montagne » assez plate et aride de l’ancienne forme « mont rachet » (mont chauve) devenu au fil du temps Montrachet.

Sont concentrés sur les deux villages de Puligny-Montrachet et Chassagne-Montrachet cinq des six grands crus blancs de Côte d’Or : Montrachet, Chevaliers-Montrachet, Bâtard-Montrachet, Bienvenues-Montrachet et Criots-Bâtard-Montrachet, dans l’ordre décroissant de leur réputation. Seul le Corton-Charlemagne situé plus au nord s’ajoute à cette élite. Il faut ensuite aller puiser dans la minéralité de Chablis les sept autres grands crus blancs de Bourgogne. C’est dire si ces grands blancs sont rares !

Ce Bâtard là a été glorifié depuis le Moyen-Age où malgré sa naissance il fut reconnu et adoubé au même titre que les enfants légitimes du Seigneur de Puligny dont l’histoire veut qu’il ait partagé ses terres entre ses descendants : le fils aîné ou « chevalier », ses filles ou « pucelles » et le bâtard. Chacun eut sa part et les trois climats ont gardé leur nom **.

Le Bâtard-Montrachet se situe juste en-dessous de la route qui le sépare du Montrachet, à une altitude de 240 à 250 mètres, comme le Clos-Vougeot. Une pente très douce, et si ce n’est les noms des grands crus gravés dans la pierre, on ignorerait que l’on foule l’or liquide de la Bourgogne ! Pas de mise en scène, tout est dans le sol. Un sol assez profond brun enrichi d’argile et des limons descendus des sommets aux petits cailloux bien présents du calcaire qu’affectionne notre chardonnay.

La Bourgogne est un patchwork ; pour preuve ce Bâtard-Montrachet s’étend sur seulement 11ha86 pour seize propriétaires, autant dire qu’il est très morcelé ! Nous avons pu en acquérir deux parcelles qui représentent 19,88 ares soit l’équivalent de trois à quatre pièces pour environ 1.000 à 1.200 bouteilles par an. Ces vignes sont si précieuses qu’il n’y eut ici que quatre transactions en trente-cinq ans !

La parcelle du haut en contrebas de la fameuse route du Montrachet compte seulement 15 rangs. Une plantation essentiellement composée de vieux ceps noueux avec et magnifiques. Une particularité bien visible dans ce secteur, la taille en Cordon de Royat s’ouvrant de part et d’autre du fil en de larges bras. Les ceps montent ici assez haut avec une densité élevée, fréquente dans ces grands blancs, autour de 12.000 pieds/hectare. Une concurrence des pieds favorisant un petit nombre de grappes par pied et la précieuse concentration.

La parcelle du bas, de plantation plus récente sur une terre à peine plus épaisse est séparée de l’autre d’une dizaine de mètres à peine et comporte dix rangs. Bien menée, elle semble avoir plus d’énergie.

Ces deux parcelles sont idéalement exposées plein Est légèrement tournées vers le sud avec un rendement autorisé est de 48hl/ha.

Les vins de Bâtard-Montrachet sont généralement très opulents, mais, selon Jacky Rigaux, une viticulture adaptée sait les ciseler pour éviter la lourdeur. Il dit aussi que dans les bonnes années ils rivalisent avec les Montrachet !

Toujours est-il que nous ferons tout pour les porter au plus haut degré d’excellence grâce à la biodynamie pour valoriser l’authenticité du sol, au choix d’une date de vendange très précise pour obtenir un raisin très sain puis enfin à une vinification douce… L’assemblage de la vieille vigne et de la plus jeune peut laisser espérer l’équilibre en plus de l’élégance… Bienvenue à ce beau bébé parmi nous et longue vie !

Bienvenue à ce beau bébé parmi nous et longue vie !

* Nos autres vins blancs, en crescendo : Côte-de-Beaune Les Pierres Blanches, Beaune, Vougeot Clos du Prieuré Monopole, Vougeot Premier Cru Le Clos Blanc de Vougeot Monopole, Corton-Charlemagne.

**Marie-Hélène Landrieu-Lussigny : les lieux-dits dans le vignoble bourguignon, 1983.


Un site Internet