Biodynamie sur tout domaine

Ou comment exalter la nature profonde des vins.

ChevalIl y a dix ans révolus, en 1999, naissait le domaine de la Vougeraie et avec lui une certaine idée de l’excellence. Choix d’une viticulture purement biologique qui vise deux ans plus tard le rang suprême, la biodynamie, et en gravit sa première marche avec la vigne emblématique du domaine, « Le Clos Blanc de Vougeot » ** et son grand cru voisin le Clos Vougeot.

Aujourd’hui, les appellations villages de la Côte de Beaune entrent à leur tour dans le cercle de ces 29 hectares* qui placent le domaine parmi les plus grands de la Côte en biodynamie.

La biodynamie recouvre des réalités bien terre à terre ! En fait nos ancêtres la pratiquaient déjà ; ils étaient à l’écoute de la nature et suivaient sa respiration, attentifs aux saisons, à la lune, au temps. Utiliser les forces de l’univers pour renforcer la vigne et les sols, retrouver une symbiose entre l’homme et la Terre pour révéler des vins vibrants où s’exprime sans réserve et dans toute sa richesse exaltée, le terroir. Ce fameux terroir traduit dans le vin ! C’est l’idée de la biodynamie.

Concrètement cela implique le suivi du calendrier dit « lunaire » qui, selon la position des planètes, définit l’influence de quatre éléments, « feuille », fruit », fleur », « racine », sur le travail à la vigne et à la cave. Enfin, et c’est sans doute la partie la plus énigmatique, en donnant de « l’énergie » aux préparations (traitements naturels) grâce à un remuage manuel qui les dynamise, autrement dit renforce leurs propriétés, et d’où vient son nom.

D’ailleurs, chose rare, le domaine réalise lui-même de A à Z toutes ses préparations, hormis celle de la silice qu’on ne trouve pas dans la région. D’abord la « 500 », la concoction de base de tout biodynamiste, (compost de bouse de corne) et la Maria Thun (compost enrichi).

Toutes les préparations insecticides et de phytothérapie sont concoctées à la tisaneraie du domaine au Prieuré à Vougeot. Préparas nés d’une douzaine de plantes courantes dont la moitié est sauvage, l’autre cultivée à l’herberaie au domaine. Des algues, des minéraux, des éléments organiques complètent ces apports naturels aux vertus bien spécifiques et que l’on peut associer. (Antifongique, insecticide, répulsive, revitalisante, reminéralisante,….)

Depuis que Thierry Jeannin, l’homme es biodynamie du domaine a imaginé un système de mécanisation de la pulvérisation, l’année dernière, ces préparations diluées à des doses homéopathiques ont pu être pulvérisées plus vite et on a pu décider de couvrir plus de surfaces et ce avec le même nombre de vignerons.

Pourquoi une telle démarche ? Avec un historique de plus de dix ans, on s’est rendu compte que les vignes se défendent mieux notamment les années difficiles, et même face à des vignobles conduits en « traditionnel ». La biodynamie stimule les sols et préserve ainsi la biodiversité indispensable à la vie.
Et bien sûr et surtout l’effet se ressent dans les vins. Subtilement meilleurs, comme s’ils portaient plus de vie, avaient plus de personnalité, émettaient même une certaine vibration… Chacun des 67 terroirs est aussi mieux défini, comme si la main de l’homme se faisant plus légère, n’imposait pas un style mais au contraire laissait s’exprimer pleinement la nature. A la cave aussi cette même logique d’exalter la nature, cette fois celle des vins, lors de la vinification, de l’entonnage, des soutirages, etc.

Au risque de paraître blasphématoire, la biodynamie c’est un peu la potion magique du domaine. La préparation qui renforce la vigne, le sol, le raisin et finalement le vin. C’est en quelque sorte la sixième dimension d’un vin…

** Le monopole de Vougeot Premier Cru Le Clos Blanc de Vougeot

Les étapes de la biodynamie au domaine
2001
« Le Clos Blanc de Vougeot » & Clos Vougeot du haut (3, 33 ha)
2002
Premiers, grands crus et monopoles (14 ha)
2009
Côte de Nuits* (20 ha)
2010
Côte de Beaune* (29 ha)

*hors appellations régionales cultivées en bio


Un site Internet