Dix ans déjà, dix ans seulement…

Verticale Vougeot Le Clos Blanc de Vougeot MonopoleLe domaine de la Vougeraie est né en 1999 d’une décision familiale de regrouper les vignes autour d’une entité et d’un nom. « La Vougeraie », demeure familiale, symbole de la filiation, de Louis Boisset, le grand-père, Jean-Claude Boisset, son fils et aujourd’hui Nathalie et Jean-Charles, ses enfants, à l’origine de la « renaissance » de ce domaine. Evocation de Vougeot qui réunit en son sein 10 hectares de vignes précieuses, le tiers du vignoble.

La Vougeraie c’est aussi une volonté, « révéler les terroirs dans l’excellence ». Une philosophie exigeante exprimée dès l’origine par le choix de la viticulture biologique : retrouver des sols vivants pour exalter des vins purs. Très vite la biodynamie a fait ses premiers pas, en douceur, dans une vision plus holistique et aujourd’hui plus de la moitié du domaine est ainsi cultivée.

Une mosaïque de 67 parcelles sur 34 hectares qui composent le domaine, deux tiers en Côte de Nuits, un tiers en Côte de Beaune en 27 appellations. Au cœur, son « diamant serti de rubis », le mythique et mystique monopole « Le Clos Blanc de Vougeot« . Des sols travaillés, des petits rendements, des raisins concentrés et surtout préservés avec une extrême douceur de leur naissance à leur métamorphose, une vinification et un élevage cousus main pour chaque parcelle, contribuent à un style tout en élégance et une définition des terroirs toujours plus précise.

La Vougeraie c’est aussi une grande créativité, la vision d’une Bourgogne plus contemporaine : l’énigmatique Bollery, « La Grande Famille », assemblage inédit de premiers et grands crus (en 2000) suivi par « Réunion de Famille » cuvée de villages (2001), ou encore « Fête de Famille », le premier grand vin effervescent de domaine dévoilé en 2008. L’esprit de famille, encore et toujours… Mais aussi l’inspiration de Cîteaux à Vougeot vers toujours plus d’élévation…

Partout le souci du détail, à chaque stade de l’élaboration, obsessionnel. La cuverie de vinification aménagée avec des cuves bois dimensionnées à chaque cuvée, la table de tri vibrante, le pressoir vertical, un matériel qui allie la tradition à la technique la plus avancée dans le seul et unique respect d’un raisin délicat à sublimer.

Pour l’élevage, la sélection des fûts demeure drastique avec huit tonneliers qui affinent les nuances de bois selon la tonalité de chacune des parcelles, au fil des millésimes. La cave aujourd’hui climatisée s’est progressivement embellie, avec un soin méticuleux jusqu’à la mise en bouteille au rythme du calendrier lunaire.

Pascal Marchand fut le premier régisseur emblématique du domaine pendant les sept premiers millésimes. Le jeune œnologue Pierre Vincent s’inscrit dans le droit fil de l’intransigeance. Il développe la biodynamie avec de nouvelles préparations sur encore plus de vignes ; une « herberaie vigneronne » vient d’être créée au domaine et la tisaneraie réhabilitée.

Convaincre de la valeur d’un domaine « ex-nihilo » fut la mission ambitieuse de Jean-Charles Boisset. Depuis, plus de quarante pays distribuent les 110 000 bouteilles annuelles soulignées de violet, symbole du pinot noir, déclinées en jéroboams, réhoboams, mathusalems…

Magnifier la nature mais aussi la préserver. Cette éthique se traduit non seulement à la vigne et à la cave mais aussi dans tous les aspects de la vie du domaine. La caisse classique a fait place au coffret brut recyclé, la papeterie provient de forêts protégées et l’on teste actuellement des bouchons certifiés FSC*.

Le domaine de la Vougeraie a dix ans déjà mais qu’est une décennie dans cette Bourgogne millénaire ? La même passion l’habite et son ambition est demeurée fidèle à celle de son baptême, et chaque jour se trace plus en profondeur le sillon de l’exception avec la même exigence sans cesse renouvelée.

* Forest Stewardship Council, gestion responsable des forêts