2005 : Septième millésime, septième ciel !

vougeraie vendangesTout fut exceptionnel en 2005. Les quantités, les qualités. Tout se passa à la vigne avec une sérénité oubliée depuis longtemps, malgré le froid hivernal. Si ce n’est la grêle tombée sur deux fois sur Vougeot, à la veille des vendanges le vignoble était très sain, les grappes très mûres et le nombre de grappes par pied important. Le très beau mois de septembre a gommé les signes de sécheresse et la fantastique luminosité favorisé les maturations les plus tardives.

Une vendange idéale : des grappes splendides et bien serrées, des grains à la peau épaisse, un bon rapport entre peau et pulpe, des pépins lignifiés, et enfin et surtout cet état de grâce entre sucre, acidité et tannins. Le rêve absolu ! Le défi en rouge était de ne pas trop extraire ; peu de pigeages, de longues macérations préfermentaires à froid, de longues cuvaisons révélant une couleur intense.

Pour les blancs des rendements en jus assez faibles ont nécessité des pressurages très doux, de très beaux moûts et une concentration ici aussi remarquable. Plus que jamais des vins de terroirs, de grands vins charpentés et un vinificateur qui s’efface devant une texture aussi soyeuse…