Beaune

beaune-blanc-2014

Notre Beaune assemble plusieurs petites parcelles du climat de la Montée Rouge poussant sur les deux versants qui se font face d’une combe à la terre rouge, très riche en fer. Appelée par les vignerons “La Vierge Blanche”, la vigne offerte aux rayons du sud apporte la structure et la puissance d’un vin racé, très gras et très riche, étonnant…

beaune-blanc

Parcelle(s)

Montée rouge 1er cru blanc
Surface : 0,1892 ha
Situation géographique : parcelle dans une combe (route de Bouze-lès-Beaune)
Exposition : Ouest
Plantation : 1973/1974

Montée rouge blanc
Surface : 0,51 ha
Situation géographique : parcelle dans une combe (route de Bouze-lès-Beaune)
Exposition : Ouest
Plantation : 1994/1995

La Maladière
Surface : 0,0400 ha
Situation géographique : quelques rangs de vigne à côté de la cuverie Bouchard Ainé
Plantation : 1994/1995

Vignes

Cépage : 100 % Chardonnay
Sol et sous-sol : terre rouge, très riche en fer. Sol argileux avec des cailloutis dans le haut de la parcelle
Densité de plantation : 10 000 pieds / ha
Surface totale : 0,74 ha
Rendement : 43,82 hl / ha
Matériel végétal : sélection clonale à 80 % et sélection massale à 20 %.
Lutte raisonnée depuis 1995
Agriculture biologique. Agrément reçu en 1999.
Taille : Guyot
Actualité de la vigne : Repiquage en automne. Buttage des vignes en hiver. Pulvérisation de tisane d'ortie et de rhubarbe (nouveau), de décoction de prêle et de silice, tanaisie, saule, prêle, achillée et tanaisie. Evasivage au printemps.

Histoire

Cerclée par ses remparts et ses bastions comme un tonneau par ses douelles, Beaune est la seule ville au monde où, comme le disait l’architecte Viollet-le-Duc, on ait envie de tomber malade. Construit au milieu du XVème siècle par Nicolas Rolin, conseiller du duc de Bourgogne Philippe le Bon, l’Hôtel-Dieu raconte en gothique flamboyant le roman d’amour de la Bourgogne et de la Flandre au temps de la Toison d’Or. Sœur de Bruges, Beaune est la capitale du vin de Bourgogne.

Durant des siècles, on baptise “vin de Beaune” le vin de toute la Côte de Beaune. A partir du début du XVIIIème siècle, l’identité réellement beaunoise des crus se dessine peu à peu pour s’affirmer pleinement au siècle suivant.

Comme le négoce du vin de Bourgogne s’effectue principalement à Beaune, la cité devient très tôt dans l’histoire l’âme de ce vin. Pétrarque attribue au vin de Beaune le peu d’empressement des cardinaux à quitter Avignon pour Rome. Le duc de Bourgogne envoie souvent au pape des tonneaux de vin de Beaune pour obtenir ses bonnes grâces. Comme le dit la sagesse locale, “le vin de Beaune ne perd sa cause que faute de comparer ”. Dès 1728, l’abbé Claude Arnoux écrit : “Les différents terroirs de Beaune produisent des vins qui participent du Volnay et du Pommard sans en avoir les défauts ”.

Millésimes

Beaune Blanc 2009
Beaune 2003
Beaune 2004
Beaune 2005
Beaune 2006
Beaune 2007
Beaune 2008

Un site Internet