Vosne-Romanée Aux Champs Perdrix

Parcelle(s)

Surface : 13,81 ares
Situation géographique : haut de côteau
Exposition : Est
Plantation : 1981/1982
Cépage : 100% Pinot Noir
Densité de plantation : 10 000 pieds/ha
Matériel végétal : sélection massale à 100 %
Taille : Guyot

Si un climat domine la situation à Vosne-Romanée, c’est bien celui-ci : Aux Champs Perdrix. Sur le coteau, autour de 330 mètres d’altitude, Il prolonge directement l’ascension des Grands Crus : La Grande Rue, La Tâche., dont il est mitoyen. Seul un chemin le sépare de La Romanée, de La Romanée-Conti, à la hauteur des Raignots dont il est contigu et des Petits Monts classés en Premiers Crus. On se situe à la hauteur des Damodes à Nuits-Saint-Georges, climat appartenant au même Domaine. En haut de coteau, cette parcelle de près de quatre ouvrées (13 a 81 ca) offre un panorama unique sur l’excellence absolue du pinot noir. Passez-vous par là ? Si la chance vous guide, mais cela n’a rien de rare, vous découvrirez le merveilleux panorama, très haut sur l’horizon, de la Chaïne des Aravis et du Mont Blanc souvent rose très tôt le matin ou illuminé par le couchant.

Histoire

Champs Perdrix , ce nom est assez fréquent en Côte de Nuits, rencontré dans le vignoble historique de Dijon, ainsi qu’ à Couchey, Fixin, Vosne-Romanée, Nuits-Saint-Georges. Il désigne un terrain pentu où la pierre calcaire est abondante. Les racines doivent chercher loin dans le sol leur nourriture. Disons-le simplement, car il faut toujours rester sérieux en parlant d’un grand vin, ces oiseaux n’y sont pour rien. Mais acceptons-le en nous rappelant une histoire qu’on ne peut pas vous cacher. Au début du XIXème siècle un plat fait fureur à Paris : la Perdrix à la mode d’Alcantara. Pourquoi ? Illustre général napoléonien et bourguignon, Andoche Junot avait pillé en Espagne le monastère d’Alcantara et n’en avait rapporté qu’une seule prise de guerre : le livre de cuisine des moines et l’art de préparer cette fameuse Perdrix. On est Bourguignon ou on ne l’est pas ! Devenez-le, c’est si simple et tentez l’aventure d’une perdrix au Vosne-Romanée Champs Perdrix.
« Il n’y a point à Vosne de vins communs », écrit au XVIIIème siècle l’abbé Courtépée. On ne saurait mieux dire, dans une merveilleuse économie de mots. Tous les éloges futurs dont ce vignoble touché par la grâce apparaîtront faibles au regard de ce flamboyant constat. Aucun village de la Côte ne réunit en effet tant d’enchantements. « La Bourgogne, conclut Roupnel, n’a rien fait de mieux. » Velours et distinction sont les principaux traits du caractère des Champs Perdrix. L’humus et le sous-bois nuancent souvent leurs arômes sous la flamme et la robe, de même que la cerise à l’eau-de-vie, la pivoine, jusqu’au cuir et à la fourrure selon les vertus de l’âge.


Un site Internet